Témoignages

Rachel

J’ai donné ma vie à Christ il y a plusieurs années et depuis cette marche, j’ai connu des hauts et des bas. Les débuts ont été marqués par une grande soif de la Bible. Je prenais plaisir à la lire et à discuter de la Parole de Dieu. Je découvrais avec délice les exploits bibliques et je voulais vivre les mêmes victoires dans ma vie. Mais ma vie était marquée par la peur de l’avenir, des liens divers et un profond sentiment de rejet. Je ne me sentais pas aimée par mes parents en particulier par mon père avec qui j’entretenais des relations très tendues. Je me repliais sur moi-même. Même si j’avais beaucoup d’amies, j’étais une personne solitaire et timide.

Peu à peu, je m’éloignais de Dieu et commençais à mener une vie mondaine. Je ne parvenais pas à aimer, d’ailleurs je ne recherchais pas l’amour. Je voulais juste « réussir ma vie ». Mon divorce a été la chose la plus difficile à vivre et je décidais après cela de ne plus aller à l’Église. Je ne priais plus et je déprimais complètement.

Pourtant, deux ans plus tard, Dieu dans sa grâce m’a attirée à lui. Je découvrais alors un Dieu merveilleux qui me parlait de pardon et de guérison de l’âme. Depuis 2014, le Saint-Esprit est devenu mon meilleur ami. Il me parle de Jésus et me fait découvrir Dieu sous plusieurs aspects. J’ai une relation nouvelle avec Christ et je vis des expériences fortes de guérison et de délivrance. C’est ainsi que j’ai pu découvrir l’Église de Poissy. Grâce à la réunion  de prière de Saint-Exupéry ainsi qu’aux temps de prière du mercredi, ma vie de prière personnelle s’est considérablement améliorée. Aujourd’hui, j’ai une alliance avec Dieu. Tant que je ne suis pas mariée, il garde mon corps, mon âme, mon esprit et mon cœur en un lieu secret et il m’aide à me consacrer totalement à lui.

Voici un verset que j’aime particulièrement : « Père, fais en moi ce qui t’est agréable ».

Céline

 

Quand j’étais petite, j’avais soif de rencontrer Jésus, d’entendre parler de lui. Mais sans personne pour assouvir cette soif, j’ai finalement passé 23 ans de ma vie loin de Dieu. J’ai grandi dans une famille disloquée, au milieu du conflit et des règlements de compte permanents. Se déchirer était la normalité. Je suis donc devenue adulte sans aucune peur d’affronter le conflit. Au contraire, je pense même, avec le recul, qu’il m’était nécessaire pour vivre puisque je n’avais connu que ça.

Et puis un jour, Dieu a mis sur mon chemin une personne pour me parler de lui. Il y avait bien du travail pour elle je dois dire car j’étais devenue autonome, débrouillarde et j’avais construit toute ma vie sans Jésus. Pourtant, je m’étais endurcie durant toutes ces années. Alors, quand j’ai laissé Jésus entrer dans ma vie, 7 années plus tard (quand même !), tout a changé. J’ai été bouleversée par un sentiment de vérité très fort en lisant les écritures et je me suis rendue compte que bien des choses dans ma vie n’étaient pas à la gloire de Dieu. Et vous l’aurez compris, notamment le conflit ! Petit à petit, j’ai commencé à rechercher la paix avec les autres plutôt que la guerre. J’essayais d’éviter la dispute, je faisais mon possible pour faire des efforts malgré ma nature bien défaillante. J’étais revenue vers une sœur à qui j’avais totalement fermé ma porte pendant près de 10 années. Mais il était si difficile pour moi de rester pacifiste. De nouveau, nous nous disputions et cette fois, c’est elle qui me fermait la porte.

Seulement un jour, il se passa quelque chose qui changea tout dans mon cœur. Je décidais de prendre le baptême et je fus immédiatement bénie. Ma sœur accepta de me revoir et sans pouvoir l’expliquer, je parvenais à voir le conflit arriver et à m’en protéger. Les attaques fusaient de toute part mais j’étais sereine, clairvoyante et je surfais pour éviter l’impact… Plus de haine dans mon cœur pour cette sœur qui m’avait fait tant de mal, j’étais en paix. J’avais avec moi la paix de Jésus ! Il avait effacé toute ma rancœur (je ne l’aurais jamais cru possible bien des années auparavant) et m’aidait à agir en bonne intelligence.

Aujourd’hui, ma sœur a de nouveau fermé sa porte mais ce verset ne me quitte jamais : Romains 12/18 « S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes ». Si elle frappe à la porte demain, je suis en paix, je lui ouvrirai. A lui soit toute la gloire…

Les commentaires sont clos.